5 questions avec Bert McCracken de The Used + Jeph Howard : longévité, amitié + « Game of Thrones »

  5 questions avec Bert McCracken de The Used et Jeph Howard : longévité, amitié + 'Game of Thrones' ;
Médias à grande image

L'utilisé savent toujours comment faire la fête quand ils montent sur scène. Ils ont récemment parcouru deux nuits dans chaque ville lors de la première étape de leur tournée, interprétant leurs deux premiers albums dans leur intégralité (un chaque soir). Pendant qu'ils étaient à New York, nous avons eu l'occasion de discuter avec le leader Bert McCracken et bassiste Jeph Howard . Les deux membres ont fait rire en parlant de la longue carrière du groupe, tout en se souvenant de moments mémorables lors de l'enregistrement de leurs premières années. Ils sont également entrés dans certains de leurs personnages préférés sur Jeu des trônes . Découvrez notre interview avec Bert McCracken et Jeph Howard de The Used ci-dessous :

Quels sont certains des aspects que vous préférez dans le fait d'être sur la route ?

Bert McCracken : Tout tourne autour des émissions et du fait que nous pouvons faire ce que nous faisons. Je veux dire que c'est ce que nous aimons faire depuis que nous sommes si jeunes.



Jeph Howard : Je pense que si j'étais dans un groupe différent, ce ne serait pas aussi amusant d'être en tournée. J'ai de la chance que tous les gars du groupe et de l'équipe et nous nous entendions tous très bien, donc cela fait de chaque jour une expérience amusante.

BM : Nous entendons des histoires d'horreur sur la façon dont d'autres groupes le font et c'est comme: 'Tu es dans un groupe avec un tas d'autres gars avec qui tu ne traînes pas?' [Rires] D'accord, ça n'a pas l'air amusant.

JH : Que font [les autres groupes] quand Jeu des trônes vient?

BM : Tout le monde dans le groupe le regarde tout seul ? Nous comptions les minutes en tournée jusqu'à ce que le spectacle commence.

Quels sont vos personnages préférés sur Jeu des trônes ?

BM : Ils meurent tous. Prince Charles III ?

JH : Prince Arthur… parce qu'il est imaginaire.

BM : Je ne sais pas si c'est difficile, probablement Podrick en ce moment. Il le tue.

JH : Mans Radar, qui bizarrement est l'hôtel où je séjourne, c'est leur nouvelle mascotte. Il est partout dans tout l'hôtel en costume, sérieusement avec sa barbe rousse et ses cheveux roux. C'est vraiment bizarre.

De toute évidence, l'amitié entre vous deux est si évidente. Comment décririez-vous l'amitié du groupe dans son ensemble ?

BM : Je suppose que c'est comme des frères - nous savons comment chacun de nous fonctionne et nous savons quand les gens sont d'humeur ou pas d'humeur ou autre.

JH : Nous savons quand ce n'est pas le moment de taquiner. [Des rires]

BM : Nous connaissons tous les horaires de sommeil de chacun et comment tout le monde fonctionne, donc c'est vraiment agréable. Tout le monde a beaucoup de respect les uns pour les autres, c'est certain.

Vous avez interprété le disque éponyme et En amour dans la mort au complet. De quoi chacun de vous se souvient-il le plus de la création de ces deux disques ?

BM : Ouais, je me souviens d'avoir appris à connaître ces gars. Je veux dire que je les connaissais depuis la scène, je savais qui ils étaient et ils savaient qui j'étais et nous nous disions 'Salut' amicalement si nous nous voyions au centre commercial mais nous n'étions pas des amis qui traînaient. Quand j'ai commencé à traîner avec eux, je me souviens de l'appartement de la mère de Jeph et de l'enregistrement là-bas et de l'excitation suscitée par la musique et la création de souvenirs. La musique que nous commencions à faire ensemble et c'était comme, « Putain de merde ! C'est en fait comme de la très bonne musique ! [Laughs] Tous nos amis et s--- étaient comme, 'Pas question, c'est en fait une musique vraiment cool.' Nous avons demandé à un gars de jouer notre démo dans un bowling et tout le bowling était comme 'Putain de merde!' donc ce genre de chose est inoubliable.

JH : Oui, je pense que nous n'avons enregistré les voix que chez ma mère, je ne pense même pas qu'elle le sache. Je me suis écrasé chez elle pendant environ une semaine et c'est à ce moment-là que c'est arrivé. C'était assez aléatoire.

BM : Je veux dire que je n'étais même pas chez mes parents à l'époque parce que je venais de traverser un tas de conneries folles aussi. Dès que je les ai rencontrés, le lendemain, j'ai emménagé dans la maison de Quinn [Allman]. Nous avons tous beaucoup déménagé à cette époque.

JH : Enregistrement, j'étais terrifié. [Producteur John] Feldmann m'a effrayé, c'est toujours le cas. [Rires] Maintenant, nous sommes en bons termes, il m'a fait peur, j'étais un enfant assez timide en grandissant.

BM : C'était un monde tellement fou aussi, je pensais que John Feldmann était dans un groupe de punk rock et il nous a pris dans sa BMW et toutes ces conneries bizarres et a parlé de tout l'argent qu'il avait et j'ai regardé Jeph comme, 'Qu'est-ce qui se passe ici?' et il disait : « Tu veux une paire de chaussures, Bert ? Prends une paire de chaussures !' et c'est comme si j'avais eu une paire de chaussures au cours des cinq dernières années. [Rires] « Vous avez besoin d'un maillot de bain ? J'ai tous les maillots de bain ! J'étais juste comme 'Dieu mec, où sommes-nous?' Il ne vivait même pas dans une belle maison à l'époque, il vivait dans une petite maison s --- mais pour nous, c'était comme un tour de luxe. Nous avons séjourné au motel Jolly Roger qui était comme le luxe.

JH : Oui, nous resterions dans cet hôtel d'à côté, qui est toujours opérationnel.

BM : Il s'est passé tellement de conneries là-bas… c'est probablement encore taché de sang-

JH : Draps tachés de sang, la première fois que nous sommes arrivés, il y avait des taches de main sur les draps.

BM : Il y avait une empreinte de main de sang sur le mur.

JH : Un jour, nous sommes allés enregistrer et nous sommes revenus et je pense que c'était la chambre de Branden [Steineckert] ? Toute la douche de sa chambre à l'étage est tombée à travers la pièce dans la pièce voisine, toute la pièce en dessous a été détruite. C'était assez génial.

BM : C'est toujours ouvert si vous voulez y aller, sur Washington Blvd. Ils l'ont vraiment bien fait, il y a une fontaine à l'avant maintenant, chic!

JH : Ouais, l'eau en mouvement signifie agréable. C'était un petit motel dur… Je ne pense même pas que c'était un motel, c'était un o-tel, un non-tel.

Qu'est-ce que le reste de 2016 vous réserve, à vous et au reste de The Used ?

BM : De plus, nous allons faire une autre étape de cette tournée à l'automne avec tous les autres endroits que nous avons manqués. Nous allons le faire dans d'autres pays et terminer l'année en Australie. Faire de la musique, écrire et enregistrer et continuer à tourner… pendant les 30 prochaines années. Je vais avoir 84 ans et faire des tournées, boitillant sur-

JH : C'est à ce moment-là que nous faisons les deux prochains disques en direct.

BM : [Rires] C'est à ce moment-là que nous le faisons Mensonges pour les menteurs . Il ne vous reste donc plus qu'à patienter encore un peu. C'est dans 50 ans ! Si je vis 50 ans de plus, je serai tellement reconnaissant envers l'univers. C'est dans 50 ans mais les billets sont en vente maintenant.

Tu entends ça, univers ? Cinquante ans de plus de The Used ! Nos remerciements à Bert McCracken et Jeph Howard pour l'interview ! Découvrez les dates de la deuxième étape de leur tournée 2016 ici .

Les membres utilisés jouent Wikipédia Réalité ou fiction :

aciddad.com